Et si on apprenait à se « déposer » ?

Ce mur nu, ce Christ déposé (Claudel, Pain dur, 1918, III, 2, p. 462).

Dépose, subst. fém. Action de déposer, tout ou partie, une installation, afin de la réparer ou de la nettoyer. [dico CNRTL]

En voyant ma statue de Bouddha au sol et sans tête, j’ai immédiatement vu le fantastique cadeau à se faire de poser ses jugements, ses a priori, ses freins ou la petite voix qui peut parfois (ou constamment) nous « prendre la tête ».

Vous voyez ce que je veux dire ?

Cela vous arrive-t-il d’être envahi.e par vos pensées ? Et dans ce cas-là, trouvez-vous votre chemin ou est-il comme envahi de ronces qui gênent votre passage et vous empêchent de faire les pas que vous aimeriez faire ?

Ce que j’aime dans le terme « déposer » c’est la douceur qui l’accompagne. Les artisans le font souvent avec respect pour l’artisan précédent qui avait construit telle fenêtre ou telle porte.

Le respect est une valeur fondamentale pour garder son énergie dans l’action et ne pas se brûler. S’ouvrir à la rencontre profonde avec ses valeurs fait partie de la pratique et du chemin en sophrologie.

L’approche en Mindful Self-Compassion (Auto-compassion avec un regard phénoménologique, empreint de bienveillance et conscient que nos ressentis et nos besoins sont communs à tout être humain) est fondamentale pour avancer en allégeant le poids de nos regrets, déceptions, hontes. Tout en évitant la complaisance.

Alors prendre le temps de se déposer là où on est, ne serait-ce qu’un instant, face à son client, son collègue, son boss etc ; se déposer avant un RDV important pour se recentrer sur ce qui nous motive pour cette action et sur nos objectifs…

Cela peut paraître insignifiant et pourtant c’est fondamental, juste avant cet autre moment où face à la piscine on ne réfléchit plus tout content.e de plonger : notre corps sait quoi faire ensuite. Et là on peut en RDV faire confiance à notre cerveau et lui repasser le relais pour les stratégies!

Se déposer c’est décharger son cerveau de toutes les toiles d’araignée de prises de tête pour lui permettre ensuite de se focaliser sur l’objectif qu’on a envie d’atteindre !

La petite épée est là pour rappeler que compassion pour soi avec l’énergie de la colère sans hostilité, c’est imposer le respect et la distance sans avoir besoin de se battre ! On peut être détendu.e et ne pas se laisser faire.

Mon travail consiste à vous aider en profondeur à repérer ces jugements sévères sur vous qui peuvent vous freiner, à vous apprendre à vous en alléger et à les permuter en intentions, envies, objectifs, motivation.

Ma pratique n’est rien si elle n’est pas reliée à vos objectifs.

Et votre objectif peut être aussi d’en avoir des objectifs ! 😀

Ça mouline trop dans votre tête ? Vous vous sentez fatigué.e, épuisé.e au bord du burn-out ou simplement en manque d’inspiration ou de peps pour être en paix avec vous-même ou votre vie ?

Je serai ravie d’accueillir vos interrogations et d’y répondre en échangeant avec vous de vive voix ou par messages au 06.18.50.85.57 ou encore par mail catherine@sophro-mobile.fr

Et si vous préférez, vous pouvez aussi lire mon article Qui suis-je ?

ou…

Et si cela vous plaît vous aurez tout le temps de prendre un RDV sur Médoucine ou en direct.

Me contacter par écrit ou à l’oral : 06.18.50.85.57

Ce petit chien me fait rire. Et rire me détourne de la boucle de mes pensées quand elles sont pénibles. J’ai souvent constaté que les Moines bouddhistes, catholiques etc et moi adorions rire! Pour cela, à cet instant-là, bien sûr que nous avons posé dans nos mains notre tête qui réfléchit ! Et nous rions : nous vivons. Adieu tristes mines, vous avez tout à fait le droit d’être là, mais pas ad vitam æternam !

Articles recommandés

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *