Kristin Neff créatrice de la 1ère chair d'auto-compassion à l'Université d'Austin, Texas.

A comme Auto-compassion: outil pour exceller dans sa carrière selon K. Neff (ma prof!) Article de Forbes Magazine

Très heureuse de vous présenter un article fort sérieux qui reprend les travaux de Kristin Neff que je suis depuis 2016. (et auprès de qui je me suis forme).

Je reste scotchée de la puissance de notre corps et de ses capacités de résilience… et de la puissance de la gentillesse même d’un point de vue neurologique.

En entreprise

C’est ici une vision précise de la compassion qu’il faut entendre et ses 3 piliers sont :

un regard sans jugement sur soi comme l’apporte la phénoménologie cultivée de façon très concrète en sophrologie (le même sans jugement apporté par les anglo-saxons via le très bouddhiste Mindfulness, cousin de la Sophrologie)

la bienveillance, la gentillesse pour soi-même, un regard compatissant, qui console. L’idée est de repérer avec le regard sans jugement notre pensée sévère, jugeante. Ce bourreau qui à l’intérieur de nous ne cesse de nous traiter d’idiot.e quand on manque son objectif. Or c’est fascinant comme on lui laisse le pouvoir. Pourquoi faire ? Est-ce si utile qu’on se laisse maltraiter par soi ? Si vous rater un gâteau et que votre conjoint.e vous traite de tous les noms, cela vous donne-t-il envie de recommencer et de réussir ou au contraire avez-vous envie de lui dire : «  »et bien tu sais quoi, la prochaine fois c’est toi qui le fais!! » ? La gentillesse d’un « oh ça arrive à tout le monde d’échouer! » ou « Je sais bien que tu n’as pas fait exprès… Tu dois être tellement déçu.e… Allez ce n’est pas grave ; notre vie n’en dépend pas, on va faire autre chose. » Ces mots ne sont-ils pas plus légers et sources d’envie de se donner une autre chance? Le pouvoir de la gentillesse et sa force d’apaisement ne cessent de m’émerveiller du haut de mes 53 ans d’une vie bien remplie.

– Le 3e pilier de la compassion ici est ce qui en anglais est appelé Common Humanity… Cette humanité qui nous relie. Ces besoins, sentiments, réactions, ressentis que nous partageons tous et qui nous aident à ne plus nous sentir isolé.e en cas d’échec, de chute et de mieux comprendre l’autre en cas de gestion de conflit par ex. (cf Marshall Rosenberg). Quand on prend conscience qu’on n’est pas seul.e avec notre peine, avec notre fardeau sur les épaules, cela aide énormément physiologiquement. C’est comme si le corps devenait plus léger ou plus agréable ou moins douloureux selon les témoignages. Mais ne plus se sentir seul.e panse, c’est impressionnant. Et cela me met moi, thérapeute à votre « niveau ». Je ne suis pas un être supérieur ou investi d’un savoir de guérison. Je peux entendre votre ressenti et l’accueillir avec gentillesse. Toujours en douceur. Parce que moi aussi je pratique ce regard sur moi phénoménologique et je m’applique cette compassion si génératrice de soulagement et d’avancées dans ma vie.

La vie est imparfaite. Nous sommes tous imparfaits et entendre qu’on peut aussi s’accueillir comme on est ne veut pas dire qu’on ne bougera pas ou que l’on restera coincé.e dans une situation inconfortable. Au contraire! Plus on reconnait ce que l’on vit, plus on l’accueille avec gentillesse, plus le ressenti se transmute. C’est très étonnant, je vous l’accorde. Mais il y a bien d’autres étonnements à découvrir heureusement dans nos vies…

Compassion : ses bienfaits en entreprise

Les personnes qui pratiquent l’auto-compassion ont moins peur de l’échec et ont tendance à persévérer davantage face à la difficulté, ce qui peut être bénéfique dans un contexte professionnel.

En outre, la compassion inhibe le système cérébral de gestion de la menace et active le système d’attachement et de soin, favorisant ainsi un sentiment de sécurité psychologique, d’attachement, d’apaisement et d’ouverture, ce qui peut contribuer à un environnement de travail plus sain et productif.

La compassion et ses effets sur le stress

L’auto-compassion, ou le fait d’être bienveillant envers soi-même, peut aider à gérer le stress en entreprise de plusieurs manières que j’aborde dans ma page Entreprises.

Tout d’abord, la recherche que je découvre souvent grâce au travail de Rick Hanson, montre que l’auto-compassion peut conduire à une plus grande résilience émotionnelle, à une meilleure santé mentale et à un bien-être accru.

En étant gentils avec eux-mêmes, les employés sont moins susceptibles de souffrir d’épuisement professionnel ou d’adopter des comportements autodestructeurs.

De plus, l’auto-compassion peut conduire à une plus grande empathie et compassion envers les autres, ce qui peut améliorer les relations sur le lieu de travail et le travail d’équipe.

Enfin, la compassion pour soi-même a un impact positif sur le stress et la dépression, en s’apportant à soi-même ce que l’extérieur ne nous offre pas et dont nous avons besoin.

Certes, si les conditions extérieurs ne nous conviennent plus, l’auto compassion peut nous aider à nous motiver au changement !

J’anime des réunions hebdomadaires en visio pour aider les créateurs d’entreprises ou jeunes entrepreneurs.es à débloquer leurs freins, séances basées sur ce joli cadeau à nous faire qu’est la compassion. Je suis enchantée de voir les participants.es soulagés.es et contents.es de ne plus se sentir seuls.es et découragés.es… Mais au contraire, de se lancer !

Rejoignez-nous si vous le souhaitez!

Et voici l’article de Forbes !

Prise de RDV : par téléphone au +33.6.18.50.85.57

A lire également

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *